Le Jura réduit la pollution lumineuse

Mardi, 26.02.2019
Aujourd’hui en Suisse, il est devenu très difficile de trouver un endroit où la nuit est totale. Ces émissions lumineuses omniprésentes ont des conséquences néfastes pour les animaux et coûtent par ailleurs cher aux collectivités publiques. Dans le canton du Jura, les autorités essaient de répondre à ce problème de deux manières. A Delémont, la ville diminue l’intensité de l’éclairage et fait des économies grâce à la digitalisation. Quant au canton, il a complètement éteint mi-février la lumière en-dehors du milieu bâti, à titre de test.

Delémont est une cité de l’Energie GOLD et elle entend bien le rester. Depuis 2016, la ville procède à l’assainissement complet de son éclairage public dans le cadre d’un projet intitulé «voie lactée». D’ici 2020, les 1600 candélabres à vapeur de mercure seront remplacés par des LED. Ce changement permet de diminuer la consommation d’énergie de 500'000 kWh par an, soit environ 50%, selon le journal communal de janvier 2019 delémont.ch (p.11 et 15).

La ville utilise en outre un nouveau logiciel «CityTouch» qui lui permet de gérer les pannes mais aussi de mesurer en temps réel la consommation, le nombre d’heures de fonctionnement et d’adapter l’intensité de l’éclairage durant la nuit, en fonction de l’heure et de la rue par exemple (voir à ce sujet l’article publié dans le Bulletin.ch d’Electrosuisse). La ville réalise ainsi des économies en simplifiant l’administration et la maintenance de l’éclairage public. En plus de l’aspect financier, l’assainissement du réseau d’éclairage public et sa gestion numérique permet d’accroître la sécurité des usagers tout en diminuant la pollution lumineuse.

Le canton du Jura tient également à apporter sa contribution en matière de diminution de la pollution lumineuse. «Les influences de la pollution lumineuse sur l’homme et les animaux sont démontrées. En survolant les villes, les oiseaux migrateurs sont par exemple très touchés. Les immenses surfaces lumineuses les piègent» explique Patrice Eschmann, chef de l’Office de l’environnement dans un article que Le Quotidien Jurassien a consacré à ce sujet le 15 février 2019. Le canton a établi une politique cantonale des émissions lumineuses.

Le canton a ainsi lancé un test d’un an pour diminuer l’éclairage en dehors des localités, selon le communiqué de presse du canton. A mi-février 2019, il a procédé à l’arrêt complet de l’éclairage public à trois carrefours situés sur des routes principales en rase campagne à La Caquerelle, aux Rangiers et au débouché sur la H18 à la sortie sud du village de Glovelier. Ceci ne représente aujourd’hui que quinze luminaires mais si le bilan du test qui sera établi dans un an est concluant, l’Etat jurassien débranchera alors définitivement les 300 candélabres situés à l’extérieur des localités. Même si certains impératifs de sécurité routière pourraient conduire au maintien de certains luminaires, le canton souhaite que l’absence d’éclairage devienne la norme à l’extérieur des localités.

Article dans Le Quotidien Jurassien