Aménagement du territoire et mobilité

Le développement de l’urbanisation et celui des transports s’influencent mutuellement. Une bonne desserte peut contribuer à améliorer l’attractivité d’un site. Par conséquent, une desserte en transports optimale et économe en sol est un élément déterminant pour l’aménagement du territoire, mais elle aussi un facteur d’implantation pour l’économie régionale.

Aujourd’hui, habitat, travail et loisirs sont souvent plus que jamais éloignés les uns des autres. Notre société est devenue plus mobile; nous allons et venons entre différents lieux. Les zones bâties ces dernières années nous contraignent à des déplacements toujours plus longs, dont un grand nombre en voiture, comme il ressort de l'enquête « microrecensement mobilité et transports » (65 % de tous les trajets).

Avec le projet de territoire Suisse, la Confédération, les cantons, les villes et les communes ont élaboré une vision commune d’un développement territorial durable de notre pays. L’une des stratégies est intitulée « Coordonner transports, énergie et développement territorial ». En matière de mobilité, il faut mettre en œuvre une politique des transports orientée vers l’offre. Ce n’est pas l’accroissement de la demande qui doit déterminer la gestion des infrastructures de transports, mais une offre économique et adaptée au milieu urbain qui soit axée sur les limites de capacités.

Des outils et des règles sont nécessaires pour concilier le développement des transports et celui de l’urbanisation. Car les milieux bâtis compacts sont l’avenir de l’urbanisation. Les agglomérations denses produisent moins de trafic et donc moins de kilomètres parcourus par personne puisque les distances devant être gérées sont nettement plus courtes.

Bern Hauptbahnhof Pendler - Des pendulaires à la gare de Berne
Des pendulaires à la gare de Berne

Les projets d’agglomération assurent la coordination

Les projets d’agglomération sont un instrument de coordination supracommunale du développement de l’urbanisation et de celui des transports. Ils favorisent la collaboration transfrontalière et sont une condition importante pour que la Confédération cofinance les projets en matière de transports.

L’accroissement de la population et du marché de l’emploi doit avoir lieu à l’intérieur des zones d’agglomération existantes et dans les endroits déjà bien desservis par les transports publics. Délicate, la question requiert un certain doigté car la densification dépend fortement de la gestion et de l’acceptation de la mobilité qu’elle induit. Ce qu’il faut ce sont des solutions de transports qui répondent aux besoins et aux comportements des gens, des habitants et de toutes les personnes qui utilisent l’espace, mais qui garantissent aussi une qualité de vie et de séjour élevée.

Sous l’angle économique, les milieux bâtis compacts présentent des avantages. Ils permettent de réduire les coûts d’infrastructure dans les domaines des routes, de l’approvisionnement en eau, de l’élimination des eaux usées, des réseaux d’électricité et de télécommunication, ainsi que ceux liés à son entretien. En effet, les coûts dans les zones à forte densité de construction sont nettement plus faibles que dans les communes rurales (cf. à ce sujet l’étude « Développement de l’urbanisation et coûts des infrastructures » de l’office fédéral du développement territorial ARE, 2017).