Le Tribunal fédéral protège la cité-jardin zurichoise

Jeudi, 19.11.2020
À Zurich, la Coopérative d’habitation FGZ n’est pas autorisée à démolir les anciennes maisons mitoyennes de son site et à les remplacer par de nouvelles constructions. Pour le Tribunal fédéral, la préservation de ces maisons d’habitation revêt un «intérêt public très important». Il a dès lors rejeté les recours de la FGZ et de la ville de Zurich.
Maisons mitoyennes de Pappelweg, Friesenberg, Zurich. Source: M. Zumbrunn, EspaceSuisse

La décision des juges lausannois devrait susciter un vif intérêt, car elle intervient dans un contexte tendu, mêlant les intérêts de la densification et ceux de la protection des monuments. La FGZ - une des plus grandes coopératives d’habitation de la ville de Zurich - souhaite remplacer le lotissement formé d’anciennes maisons mitoyennes datant des années 1920 par de nouvelles constructions. À cette fin, la ville de Zurich avait retiré les deux bâtiments inscrits à l'ISOS (objectif de conservation A) de l'inventaire des bâtiments protégés d'importance communale. La section zurichoise de Patrimoine suisse s'y était opposée et, après le tribunal administratif, c’est désormais au tour du Tribunal fédéral de lui donner gain de cause.

Les deux bâtiments et les grands jardins qui leur sont liés revêtent une importance historique du point de vue architectural et social. L’autorité de première instance avait à juste titre accordé aux précédentes étapes de construction de la cité-jardin de Friesenberg un «très haut degré de protection». Aussi, il existe un «intérêt public très important» à ce que ces témoignages du passé soient maintenus. «Dans le cas présent, l’aspect de la densification des constructions pèse moins lourd dans la balance, car la préservation de la substance bâtie historique nécessite presque toujours que l’on évite une utilisation maximale du terrain».

Comme elle l’a indiqué dans une prise de position, la FGZ entend étudier l'arrêt du Tribunal fédéral et attendre la décision de la ville de Zurich quant à la suite à donner. La ville doit prochainement examiner la mise sous protection des bâtiments  - l'étendue de la protection et, partant, les exigences en matière de protection des monuments historiques.

Arrêt

L’intégralité de l’arrêt du Tribunal fédéral (1C_128/2019, 1C_134/2019 du 25 août 2020) est disponible, en allemand, dans le recueil de jurisprudence d’EspaceSuisse (décision 5873 – pour les membres, login nécessaire) ou en ligne, ici.